À PROPOS

Qui sommes-nous?

baby-eider-logo

Historique

hunter-logo

Notre symbole :
les eiders de l’Arctiquehunter-logo

La Société des Eiders de l’Arctique /The Arctic Eider Society (SEA~AES, prononcé “sea ice” ou AES~SEA, prononcé “icy”) est un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui collabore avec les Inuits et les Cris dans la Baie d’Hudson Est pour aborder les changements environnementaux et les effets cumulatifs causés par multiples projets de développement sur les écosystèmes de la banquise.

Nous développons des relations authentiques avec les communautés, en associant le savoir traditionnel inuit et la recherche scientifique pour aborder les problèmes d’intérêt local. Nous fournissons la formation, les outils et la technologie nécessaire aux jeunes et aux chasseurs pour les encourager à communiquer avec les parties prenantes et à adresser les changements environnementaux qu’ils observent.

En connectant les programmes entre les différentes communautés et en impliquant le grand public et les décisionnaires grâce à des stratégies de communication et à des solutions multimédia innovatrices, nous transformons ces connaissances en action pour la justice environnementale dans la baie d’Hudson.

Les Inuits ont exprimé leurs préoccupations de longue date au sujet des effets du changement climatique et des projets de développement sur l’habitat naturel de la banquise et sur sa faune. En dépit de cela, la baie d’Hudson, région critique de l’Arctique, reste particulièrement sous étudiée.

Le Programme de la baie d’Hudson a été créé au début des années 1990 dans la communauté de Sanikiluaq, en réponse à des propositions de nouvelles centrales hydroélectriques, ainsi qu’à de nombreux cas de mortalité et d’emprisonnement par les glaces de canards eider. Le programme mena à "La Baie : cœur et âme", une synthèse unique des connaissances et des inquiétudes partagées par les Inuits et les Cris dans 23 communautés autour de la baie d’Hudson.

Les études menées en collaboration avec Environnement Canada sur les habitats de la banquise et sur l’écologie de sa faune ont commencé au début des années 2000, en développant des relations solides et une capacité de vigilance accrue au sein de la communauté. Ceci conduisit à l’une des initiatives les plus larges et les plus réussies au Canada, en termes de formation, d’éducation et de sensibilisation, pour l’Année polaire internationale (2007-2010). Ceci mena aussi à la production de notre film récompensé Au gré de la plume arctique. En honneur de ces programmes, nous avons officialisé la Société des eiders de l’Arctique par son enregistrement comme organisme de bienfaisance canadien en 2011. Depuis ce jour, nous avons développé notre capacité au niveau local et nous avons voyagé dans le monde pour partager notre savoir sur la baie d’Hudson. Grâce à votre aide lors de notre campagne à succès "Brisons la Glace" à New York en 2013, nous avons pu entamer un dialogue au niveau international sur les impacts cumulatifs des politiques de gestion de l’eau et de distribution d’énergie. Nous avons aussi pris les premières mesures pour transformer les connaissances, résultant de nos programmes communautaires de recherche, en action pour la justice environnementale dans la baie d’Hudson.

Nous avons récemment formé le Réseau de la baie d’Hudson Est, en étendant nos programmes communautaires depuis Sanikiluaq au Nunavut pour désormais inclure Inukjuaq, Umiuaq, Kuujjuaraapik and Chisasibi au nord du Québec. Ceci permet de coordonner nos efforts à grande échelle pour commencer à mesurer les impacts cumulatifs. Par notre collaboration avec l’Initiative de la mer intérieure de la baie d’Hudson, nous sommes en train d’établir un consortium de recherche et une structure de gouvernance pour la baie d’Hudson. Celui-ci est nécessaire pour surmonter les obstacles inter-gouvernementaux qui ont jusqu’à maintenant ralenti les progrès dans la discussion au sujet des impacts cumulatifs et des inquiétudes des Inuits.

Avec votre aide, nous pouvons soutenir cet incroyable élan et enfin commencer notre avancée en matière de justice environnementale dans la baie d’Hudson Est.

Le duvet d’eider est reconnu pour être le plus chaud du monde. Il représente la meilleure technologie créée par la nature pour la conservation de l’énergie et de la chaleur en hiver. Cette sous-espèce unique de canard ne migre pas vers le sud l’hiver, mais demeure plutôt sur la banquise, au coeur de la Baide d’Hudson.

about-img2

Nos programmes ont vu le jour en réponse aux préoccupations de la communauté inuite à propos des effets néfastes du développement de l’hydroélectricité, dont l’emprisonnement dans la glace d’un grand nombre d’eiders, entrainant leur mortalité massive. Les eiders sont une ressource essentielle aux Inuits des îles Belcher, qui s’en nourrissent et utilisent leur plumage dans la confection de leurs vêtements. Comme le canari des mines de charbon, l’eider joue le rôle d’indicateur pour les changements environnementaux dans la Baie d’Hudson. Le canard eider représente notre culture et notre histoire, les changements que subissent actuellement les écosystèmes de la banquise, mais aussi nos aspirations pour le futur. Nous savons que des solutions existent pour travailler en harmonie avec les cycles naturels et hydrologiques dans la production, le stockage et la distribution de l’énergie : c’est dans cette optique que nous voyons l’avenir.

spread the word

Aimé nous sur Facebook

Tweet your followers

Partager sur google+

Partager surLinkedIn

GET INVOLVED / VOLUNTEER

Faites une différence! Aidez-nous à sensibiliser le public aux impacts cumulatifs des changements environnementaux sur les écosystèmes de la banquise.

Sign up or login now to volunteer!